Pollution de l’Oudon : la condamnation exemplaire de Lactalis

La société Célia (groupe Lactalis) vient d’être condamnée par le tribunal correctionnel de Laval pour délit de pollution des eaux, suite au déversement d’environ 120 kg d’ammoniaque dans la rivière de l’Oudon en mai 2012. FNE Pays de la Loire, la Sauvegarde de l’Anjou et Mayenne Nature Environnement, parties civiles, sont satisfaites de cette condamnation.Célia

La pollution de mai 2012, due à plusieurs négligences de la société, avait abouti à une forte pollution de la rivière de l’Oudon sur 31 kilomètres. La faune aquatique avait été dévastée. Partant de Craon et s’étendant au département du Maine-et-Loire, elle avait rendu nécessaire la fermeture provisoire du captage d’eau potable de Segré.

FNE Pays de la Loire, la Sauvegarde de l’Anjou et Mayenne Nature Environnement avaient porté plainte pour ces faits. Le tribunal correctionnel vient de leur donner raison en retenant le délit de pollution des eaux et deux contraventions liées à des négligences de Célia. Le tribunal correctionnel a également reconnu leur qualité de victime en ordonnant la réparation de leur préjudice.

Cette décision montre que la prévention des pollutions industrielles doit être prise très au sérieux par les professionnels : une accumulation de négligences peut rapidement porter atteinte aux milieux, ce que la justice doit réprimer au même titre que n’importe quelle infraction.

Voir le communiqué de presse des associations : CP-Pollution-de-lOudon-La-condamnation-exemplaire-de-Lactalis.pdf (379 téléchargements)