LIGNE FERROVIAIRE CAEN-LE MANS-TOURS : IL FAUT LE FER !

Les associations régionales membres de France Nature Environnement (FNE) et de la Fédération Nationale des Associations d’Usagers des Transports (FNAUT) se félicitent de l’accord trouvé pour financer des travaux d’urgence sur le tronçon Alençon – Le Mans de la ligne ferroviaire Caen-Tours. Cette première victoire est à mettre au crédit de la mobilisation des usagers et des élus.

Source : X. Métay – FNE Pays de la Loire

Il faut changer de logiciel en matière de mobilité

L’exemple de la ligne ferroviaire Caen-Tours illustre la politique des transports menée depuis des décennies par les décideurs politiques. Comme le rappelle Jean-Christophe Gavallet, président de FNE Pays de la Loire « des centaines de millions d’euros ont été investis pour la construction de l’autoroute A28, générant étalement urbain, favorisant encore et toujours automobiles et poids-lourds. Avec les conséquences que l’on connaît pour la pollution de l’air, l’émission de gaz à effet de serre, l’insécurité routière. Tandis que la ligne ferroviaire en parallèle souffre de manque d’investissements chroniques, engendrant dégradation de l’infrastructure, ralentissements, diminution de fiabilité et au final détournement des usagers vers la voiture ».

Une décision qui va dans le bon sens

Comme le souligne, Daniel Grebouval de la FNAUT Normandie « à l’heure du mécontentement des gilets jaunes et des signaux au rouge concernant le dérèglement climatique, il est essentiel d’offrir à nos concitoyens, face à la voiture individuelle, une offre performante en durée de trajet et en fréquence de desserte ». C’est aussi vrai pour les chargeurs et le fret ferroviaire. Cet itinéraire ferroviaire évitant l’Ile de France saturée doit notamment constituer la voie royale pour les trains de céréales venant de la Beauce et se dirigeant vers le port de Rouen.

Il faut aller de l’avant L’État et les trois Régions concernées (Normandie, Pays de la Loire, Centre Val de Loire) doivent investir massivement pour le développement de cet axe ferroviaire. Cela exige aussi des garanties sur le maintien des liaisons directes avec de bonnes correspondances à Caen, Argentan (Surdon), Le Mans et St-Pierre-des-Corps-Tours pour bénéficier de l’effet réseau sur l’ensemble de la façade Ouest de la France.

Télécharger le communiqué de presse en version .pdf :