Accueil actualités, Accueil Diaporama, Actualités, Mer et littoral

Abandon de la pêche au chalut pélagique sur le plateau de Rochebonne

Crédit photo : Archive CRMM

Fin décembre 2019, la préfète de la région Nouvelle-Aquitaine a annoncé ne pas reconduire cette hiver l’autorisation dérogatoire de pêche au chalut pélagique sur le plateau de Rochebonne. Outre l’impact important de cette pêche sur les poissons (notamment le bar), elle causait également d’importants impacts sur les cétacés et participait aux échouages massifs sur les côtes de Vendée et de Charente-Maritime.

Formidable nouvelle : la préfète de la région Nouvelle-Aquitaine met un terme au système dérogatoire qui permettait, une année sur deux, pendant les mois de janvier et février, la pêche au chalut pélagique sur le plateau de Rochebonne ; elle soutient l’objectif de protection du plateau et de ses hauts-fonds marins en proposant.une réflexion sur la constitution d’une zone de protection forte, sous la forme par exemple d’une réserve naturelle.

C’est le fruit de l’importante mobilisation du public et des associations du mouvement France Nature Environnement.

La pêche au chalut pélagique est un mode de pêche non sélectif, qui s’exerçait en l’occurrence au sein d’un secteur naturel particulièrement sensible et désigné à ce titre en tant que site Natura 2000 (directives Oiseaux et Habitats).

Le nombre de dauphins communs victimes dans le golfe de Gascogne de « captures accidentelles » a été estimé pour l’hiver 2018-2019 à environ 10 000 individus. Or, les études réalisées par l’Observatoire Pélagis mettent en évidence que les activités de chalutage pélagique jouent un rôle important dans ces captures.

De fait, la fin de cette pêche bénéficiera aussi au bar, l’une des espèces cibles de cette pratique alors qu’elle est aujourd’hui considérée comme menacée. Rochebonne est pour celle-ci une importante zone de nourricerie et de reproduction. La maturité sexuelle est atteinte entre 4 à 7 ans pour les mâles, 5 à 8 ans pour les femelles, et la ponte se produit particulièrement dans cette période hivernale. Permettre le chalutage dans une zone de frai et pendant la période de reproduction ne pouvait que nuire à la pérennité de l’espèce.

Se pose désormais la question de l’autorisation de cette pêche sur le plateau de l’ile d’Yeu : des autorisations étaient en effet délivrées en alternance une année sur deux pour les deux plateaux. Nos associations estiment qu’en cohérence l’autorisation dérogatoire de pêche ne saurait davantage être accordée pour le plateau de l’ile d’Yeu lors de l’hiver 2020-2021.

Voir ici le communiqué de presse de la préfecture de région Nouvelle-Aquitaine : http://www.prefectures-regions.gouv.fr/nouvelle-aquitaine/Documents-publications/Salle-de-presse/Communiques-et-dossiers-de-presse/Fin-de-la-peche-au-chalut-pelagique-sur-le-plateau-de-Rochebonne?fbclid=IwAR1s9-fiyrXzeURCcFF3x3Y18iMMeKjFy7jDULn9kbN3EbmGTiFXQ3NAqs8

À propos Benjamin Hogommat

Aucune information n'est fournie par l'auteur.